keyboard_arrow_leftRetour

Filtres à charbon actif pour adsorption des résidus halogénés-Anesthésie gazeuse rat et souris

Référence : ND

Cartouches au charbon actif pour fixation  des agents anesthésiques volatiles résiduels (expiré ou rejetés du masque ou depuis la boite à induction).

Choisissez votre modèle parmi les configurations du menu déroulant :

Effacer

Description

Cartouches au charbon actif pour fixation des agents anesthésiques volatiles résiduels (expiré ou rejetés du masque de maintien ou depuis la boite à induction).

 

Le charbon actif est la matière brute du graphite disposée de manière aléatoire.

Sa structure est imparfaite et poreuse (de quelques dixièmes de mm à la taille moléculaire). Le Charbon actif possède la plus grande force d’adsorption physique et le plus important volume d’adsorption de tous les matériaux naturels ou synthétiques connus. La surface du charbon actif peut atteindre 1000 m²/gramme. Cela signifie que la surface développée par 3 g de charbon actif couvre approximativement la surface d’un terrain de football.

 

Nous l’utilisons ici dans sa forme Extrudé de forme cylindrique de 0,8 à 5 mm (peu de perte de charge quand le mélange halogéné le traverse- forte résistance mécanique- peu de poussière).

 

Il est parfaitement adapté aux composés organique volatiles comme l’isoflurane.

 

 

 

 

 

 

 

 

Principe

 

Les gaz anesthésiques résiduels (GAR ) dans les systèmes d’anesthésie ouvert proviennent habituellement de la boite ou cage d’induction  puis du/ou des masques de maintient pendant l’intervention sur le-les sujet expérimental. Sans re-circulation, ces GAR sont chargés de vapeurs de gaz anesthésiques dans les proportions sélectionnées sur l’évaporateur de votre système d’anesthésie.

 

Sans dispositif d’évacuation extérieur (recommandé en première intention), il vous faut « fixer » ces vapeurs afin que les GAR puissent être rejeté dans la pièce d’expérimentation en toute sécurité.

 

Les GAR provenant de la boite durant l’induction, au rinçage, puis provenant des masques, passe au travers de ces cartouches au charbon actif qui vont fixer les molécules d’halogénés.

 

Nos cartouches  existent en deux tailles (capacité d’adsorption):

 

VI-R510-31 Capacité: 240 gr

VI-R510-31S Capacité: 50 gr

Le niveau de saturation de ces cartouches doit impérativement être suivi avant, pendant et après vos anesthésies .

Le contrôle se fait par pesage  (résolution au gramme) à vide et tout au long de son utilisation et avec un document écrit de suivi en utilisant :

 

  • avec une balance de votre fourniture (adsorption passive)

 

 

VI-R548 balance pour cartouche au charbon actif
VI-R548 balance pour cartouche au charbon actif

 

 

  • avec notre aspirateur à balance intégrée Rèf. VI-R546PRO (adsorption active)

 

aspirateur VI-R546pro

 

 

 

Notes importantes:

 

Les cartouches au charbon actif ne sont pas une solution définitive à la réduction de la pollution de l’air de la salle d’expérimentation par les résidus de gaz halogénés (GAR).  Les tables aspirantes, le contrôle des fuites du système d’anesthésie, une calibration régulière des cuves d’évaporation, l’extraction des effluents vers une hotte, une pièce bien ventilée etc..  sont quelques-uns des autres points sur lesquels il faut impérativement se pencher lorsqu’on utilise et met en route un tel système.

Les cartouches peuvent désorber lorsqu’elles ne sont pas utilisées. Un stockage extérieur ou sous hotte est recommandé quelle que soit leur marque.

Il existe sur le marché des badges passifs de contrôle d’exposition pour les opérateurs sur système d’anesthésie. Contactez nous !

Il existe également des analyseurs d’air ambiant en temps réels, pour contrôler ce que vous respirez. Contactez nous !

L’exposition aux halogénés répétée, même à faible dose et même en l’absence actuelle de preuve formelle de toxicité, fait l’objet de recommandations réglementaires:

Recommandé par la Commission Française d’Anesthésiologie et transcrite par une circulaire du Ministère de la Santé DGS/3A/667 bis du 10 octobre 1985

2 ppm/heure sur 8 heure de travail pondéré, à proximité du patient ( sujet d’étude) pendant la phase d’entretien de l’anesthésie .

Données techniques

Contenant

Plastique

Contenu

Charbon actif extrudé ( 240 ou 50 gr de capacité d'adsorption)

Connexion

Entré mâle Tube 22 mm adaptateurs disponible sur demande

durée de vie

grande taille 28 heures à 1 lpm/ 2% iso
petite taille 12 heures à 0,5 lmp 2 % iso

Poids

800 g pour la grande capacité et 250 g pour la petite capacité

Publications

Hydrogen Gas Attenuates Myocardial Ischemia Reperfusion Injury Independent of Postconditioning in Rats by Attenuating Endoplasmic Reticulum Stress-Induced Autophagy

Gao Y et al. Cell Physiol Biochem 2017

To study the effect of inhaling hydrogen gas on myocardial ischemic/reperfusion(I/R) injury in rats. Methods: Seventy male Wistar albino rats were divided into five groups at random as the sham group (Sham). The I/R group (I/R), The ischemic postconditioning group (IPo), The I/R plus hydrogen group (IH2) and the ischemic postconditioning plus hydrogen group (IPoH2). The Sham group was without coronary occlusion. In I/R group, Ischemic/reperfusion injury was induced by coronary occlusion for 1 hour. Followed by 2 hours of reperfusion. In the IPo and IPoH2 group, four cycles of 1 min reperfusion/1 min ischemia was given at the end of 1 hour coronary occlusion. While 2% hydrogen was administered by inhalation 5 min before reperfusion till 2 hours after reperfusion in both the IPoH2 and IH2 group. The heart and blood samples were harvested at the end of the surgical protocol. Then the myocardium cell endoplasmic reticulum(ER) stress and autophagy was observed by electron microscope. In addition, the cardiac ER stress and autophagy related proteins expression were detected by Western blotting analysis. Results: Both inhaling 2% hydrogen and ischemic postconditioning treatment reduced the ischemic size and serum troponin I level in rats with I/R injury, and inhaling hydrogen showed a more curative effect compared with ischemic postconditioning treatment. Meanwhile inhaling hydrogen showed a better protective effect in attenuating tissue reactive oxygen species. Malondialdehyde levels and immunoreactivities against 8-hydroxy-2’-deoxyguanosine and inhibiting cardiac endoplasmic reticulum stress and down-regulating autophagy as compared with ischemic postconditioning treatment. Conclusion: These results revealed a better protective effect of hydrogen on myocardial ischemic/reperfusion injury in rats by attenuating endoplasmic reticulum stress and down-regulating autophagy compared with ischemic postconditioning treatment.

Vous aimerez peut-être aussi…

keyboard_arrow_leftRetour